Au regard de toi
S'insinue le froid
A mon regard
Rien n'est dû au hasard

Et l'âme de l'univers tournoie indéfiniment

Au silence de toi
S'épanouit l'effroi
A mon silence
Tout est la patience

Et éternellement le souffle de la terre ondoie

A tes mains à toi
Se crée le désarroi
A mes mains
Nul demain

Et subrepticement revient l'espoir de la vie
                             C'est simplement fini

ãCatherine Borbàs, 2006