Un regard qui se perd
Enfreint toute la loi
Au sourire qui sert
Aux myriades de perles de soie

Glisser vers ta main
Sans tromper l'émoi
Qu'à rêver que demain
Nous serons neufs, toi et moi

Le vent emporte mes paroles
Pour les offrir à l'immensité
Dans l'au-revoir les oiseaux s'envolent
Au soleil le coucher je suis espérée

Petit cadeau bien enveloppé
Le noeud se dénoue
A l'âme enrubannée
Je l'offre et le noue

Ne retiens aucun instant
A t'empêcher de marcher
Le chemin si court est restant
Aux parfums d'à venir l'été

ãCatherine Borbàs, 2006