La source
que longtemps j'ai cru tarie
a repris vie
dans les pas de l'Univers
dans les pas de l'homme
J'ai tracé son chemin
semant par ci par là
une goutte, une ondée, une rosée
de jolies pierres j'ai orné son parcours
Il est sinueux pour créer
des roulis, des cascades, des murmures
Il est ligne droite pour inviter à l'immobile
Il est ascendant puis vertigineux
pour provoquer le changement
Mais il n'avait pas de liquide
Rien ne s'exprimait que le silence
déroutant d'un vide en moi
Dans le coeur del'Univers
dans le coeur de l'homme
j'ai bu, j'ai puisé
de cette soif rassasiée
un filet d'eau est né
La source n'est plus tarie
elle roule, elle cascatelle, elle chahute
Miroir où se reflète la joie de la vie
ãCatherine Borbàs, 2007